Pour vos annonces, veuillez contacter le +223 60 16 16 74.

Preuve de vie du président du tribunal de Niono et du CB de Guiré : Ils demandent au gouvernement de négocier pour leur libération

Par kibaru
Le juge à gauche et le CB à droite

Le président du tribunal de Niono et le CB de Guiré sont bel et bien en vie. Leurs ravisseurs ont diffusé hier une vidéo dans laquelle les deux otages demandent au gouvernement malien de négocier en vue de leur libération.

Dans l’enregistrement, aucune image ne montre les ravisseurs, toutefois d’après les propos tenus par les otages il semble que ce sont bien des éléments de Koufa. Le premier à intervenir c’est le président du tribunal d’instance de Niono, M. Soungalo Koné. Celui-ci commence d’abord par rappeler le jour de son enlèvement intervenu le 16 novembre dernier, aux environs 20h 30min.  Rappelant qu’il est bien traité par ses ravisseurs, il a noté que ces derniers lui ont accusé de ne pas appliquer les jugements conformément à la Charia. Avant d’appeler le gouvernement de négocier avec les ravisseurs en vue de sa libération. Pour cela, il a également demandé que les djihadistes détenus dans les prisons maliennes soient également relâchés.

Même son de cloche de son compagnon de détention qui n’est autre que le commandant de la brigade de gendarmerie de Guiré, Mamadou Diawara. Ce dernier avait été enlevé au cours d’une embuscade tendue contre son véhicule, le 18 octobre dernier, aux environs de 17 heures sur l’axe Mourdiah-Guiré. Le corps sans vie de son chauffeur un jeune soldat du nom de Moussa Diouara avait été retrouvé non loin des lieux de l’enlèvement. Selon le CB de Guiré, ils sont bien traités par les ravisseurs. Mais il demande au gouvernement de négocier en vue d’obtenir leur libération.

Notons qu’à travers cette vidéo, c’est la première preuve de vie des deux otages qui est diffusée. Reste à attendre la réaction du gouvernement par rapport à ces enlèvements. Signalons qu’outre les enlèvements, plusieurs autres personnalités issues des localités du centre et de l’ouest du pays font l’objet d’assassinat ciblé.