Niger: huit personnes dont six touristes français tuées dimanche par des hommes armés

Un expert indépendant de l'ONU sera au Mali du 10 au 19 octobre

Par kibaru

L’Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Mali, Suliman Baldo, a annoncé jeudi qu’il effectuerait une visite officielle dans le pays du 10 au 19 octobre 2015, pour évaluer la situation des droits de l’homme et la mise en œuvre de l’accord de paix et réconciliation.

Dans un communiqué rendu public en prélude à cette visite, il a déclaré qu’en ce moment critique de son histoire, les parties prenantes, avec l’appui de la communauté internationale, devraient faire tous les efforts pour qu’il y ait une amélioration des conditions de vie de la population et pour créer un environnement ou leurs droits de l’homme sont respectés.

Il a noté que l’intégration des normes relatives aux droits de l’homme dans les dispositions de l’Accord, et surtout celles relatives à la justice transitionnelle, la lutte contre l’impunité et la restauration des services de base, montre qu’une bonne volonté existe et que les parties reconnaissent leurs obligations en vertu de droit international.

L’Expert indépendant a ajouté que le besoin qu’éprouvent les victimes de justice, de réparation et de garanties de non-répétition devrait être une priorité du pays, ce dont il souhaite s’assurer durant sa visite.

Au cours de cette mission de dix jours, M. Baldo rencontrera des membres du gouvernement malien, ainsi que des représentants d’ONG et d’associations de victimes. Il s’entretiendra également avec le corps diplomatique et l’équipe pays de l’ONU au Mali. L’Expert indépendant a aussi annoncé son intention de se rendre dans les régions du nord du Mali.

A l’issue de sa visite, M. Baldo partagera ses observations préliminaires et recommandations lors d’une conférence de presse au Quartier général de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), à Bamako le 17 octobre.

L’Expert indépendant présentera ensuite ses conclusions définitives au Conseil des droits de l’homme à Genève, en mars 2016.