Bla (Ségou) : Un gendarme tué et un civil blessé suite à l’attaque d’un poste à péage

Ansongo (Gao) : Plusieurs victimes enregistrées suite aux récentes pluies diluviennes tombées sur la ville

Par kibaru

La ville d’Ansongo, dans la région de Gao, a enregistré hier vendredi 31 août, une importante quantité de pluie. Cette situation a engendré l’effondrement d’une maison sur une famille de 5 personnes. Ces dernières – 3 dames et 2 enfants – ont toutes été tuées sous les décombres. Les faits se sont produits, aux alentours de 8 heures, dans le quartier  Badji Haoussa, situé vers l’est de la ville en allant vers Gao.

Signalons que ces pluies d’environ 60 mm ont commencé à tomber depuis 4h 50 min. Beaucoup d’habitants pris au piège avaient été contraints d’abandonner leurs maisons par peur que les murs ne s’effondrent sur eux. Les fortes précipitations étaient accompagnées de vents violents qui ont emporté certains hangars. Parmi les nombreux sans abri, certains ont trouvé refuge dans les centres d’accueil installés pour la circonstance.

Depuis le début de ce mois d’août, Ansongo a enregistré de fortes pluies dont une fois de 117 mm et au moins par deux fois, 60 mm. Ce qui a causé l’affaiblissement de plusieurs maisons construites notamment en banco et ne peuvent résister à la force des intempéries. Soulignons que selon la météo, pour cet hivernage, la région de Gao va enregistrer 1000 mm de pluies.

Ainsi, l’on dénombre environ une centaine de maisons qui se sont effondrées à cause de cette situation. Déjà, les jours précédents, l’on a enregistré le décès d’une fillette. Il convient de préciser qu’avec cette situation, des maladies liées à l’eau pourraient faire leur apparition à Ansongo comme le choléra, la diarrhée, la poliomyélite, les amibiases, la typhoïde, la dysenterie mais surtout le paludisme. D’ailleurs, pas plus tard que dans la journée du jeudi 30 août, 3 personnes sont décédées des suites de paludisme. Cette maladie constitue des ravages depuis quelques temps à Ansongo et la première cause de mortalité durant cette période. Jusqu’ici, les enfants sont épargnés puisque peu avant le début de l’hivernage, une campagne dénommée CPS (Campagne de lutte contre le Paludisme Saisonnier) a été initiée pour la vaccination des enfants de 0 à 5 ans.

A noter que quelques bonnes volontés commencent à faire parler leur cœur en offrant des vivres, des médicaments, des moustiquaires imprégnées de pesticides et des désinfectants à la population d’Ansongo.