Niger: huit personnes dont six touristes français tuées dimanche par des hommes armés

Cercle de Douentza: un proche du chef de village de Boni assassiné par un homme armé

Par kibaru

Dans certaines parties du nord du Mali, l’insécurité résiduelle est en pleine recrudescence. Désormais, nul n’est épargné. Aussi bien les civils que les forces armées sont pris pour cible par des individus armés souvent affiliés à des organisations terroristes ou qui opèrent parfois en solo.

C’est le même cas qui est arrivé hier dimanche 7 février dans le village de Boni, situé à quelque 90 km de Douentza, dans la région de Mopti où sévissent les hommes du prêcheur extrémiste Amadou Koufa. En effet, deux individus armés non identifiés se sont présentés devant un proche du chef de village, Allaye Ambiri Dicko qui sortait d’une mosquée aux environs de 20 heures pour lui cribler de balles. Il a été tué sur le coup. Après leur forfait, les assaillants, qui, selon des sources seraient issus du village voisin de Serma, ont disparu dans la nature.  Signalons que le défunt est également le demi-frère de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Moustapha Dicko. Il est à sa troisième tentative de meurtre. Bien qu’on ignore les raisons de ce meurtre, des sources affirment qu’il pourrait s’agir d’un règlement de comptes.

Il convient de préciser que Mopti est la région des litiges par excellence. Le gouverneur Kaman Koné lors du forum inter et intracommunautaire de Mopti tenu récemment a vivement déploré cette situation. Pour lui, tantôt c’est le problème des bourgoutières, tantôt c’est la chefferie et tantôt c’est le foncier. Il a ainsi appelé les chefs traditionnels à s’impliquer davantage pour mettre fin à ces litiges qui ne font que favoriser l’anarchie et le désordre à travers lesquels les terroristes en profitent pour faire régner la terreur.