Pour vos annonces, veuillez contacter le +223 60 16 16 74.

Des attitudes politiques qui dégradent, et d’autres qui ennoblissent !

Par kibaru

Ici, comme  ailleurs,  il  y’a  des  attitudes  politiques  qui  défigurent  et  dégradent ; et  d’autres  au  contraire  qui  ennoblissent  l’homme  politique   et   le  portent   au  pinacle.

Une  attitude  qui  défigure  et  dégrade, comme  celle  de  notre  opposition  extrémiste,   qui  pâtit  intrinsèquement   de   l’artifice  de  sa   vision  étroite, synonyme  de    courtérisme, toujours   sous  l’urgence   du  présent,  et  qui  ne  prépare   nullement l’avenir. Une  vision  pour  laquelle  la  mauvaise  foi ,  volontairement  confusionniste,  est   l’un   des  beaux - arts, la  haine  le  moteur  de  l’engagement  politique ;   avec  un   discours  qui s’écarte  de  l’éthique  et  du  réel ,   qui   porte  sur  des  sujets  subalternes  et  marginaux,  et  impasse  les  réalisations  tangibles. Une  opposition  extrémiste, virtuose  dans  l’art  de  la  démagogie,  du  déni  patent  des  réalités,  qui  se  croit  à  tort  « les  gardiens  du  temple »,les  défenseurs  des  intérêts  du  pays, alors  qu’elle  est  en  réalité  son principal fossoyeur.

A  l’opposé,  il  y’a  une  attitude   qui  imprime  à  la  politique     son  titre  de  noblesse, celui  qui  porte  les  hommes  à  la  gloire,  les  nations  au  sommet , celle  que  mène  inlassablement  le  président  Mohamed Ould Abdel Aziz  depuis  son  accession  à  la  magistrature  suprême  du  pays.  Une  politique   caractérisée    par  l’engagement, par  la  clarté  des    objectifs, par  les  actions  qu’elle  réalise,  par  la  communion  entre  le  dirigeant  et  son  peuple,   et   qui  ne  compte que   sur  les   forces   intrinsèques   de  la  nation  comme  le   célèbre baron de Münchhausen  qui,  pour  sortir  de  la  mer  où  il  s’est  embourbé, se  tire  lui-même  par  les  cheveux. Et   c’est   cette  ferme  volonté, cette  croyance  profonde  en  la  Mauritanie, en  ses  potentialités  propres, en  son  indépendance  totale  et  en  ses  intérêts suprêmes, qui  font   aujourd’hui   notre    force   et   nous  confèrent   le  respect  et  la  crédibilité  dans  la  sous-région  et  dans  le  monde.   Une  ferme  volonté  qui  nous  a  sorti  en  peu  de  temps   de  la  situation  d’avant  2008  qui  scellait  beaucoup  d’angoisse   et  qui  nous  trainait  inexorablement   sur  la  pente  savonneuse  de  la  sortie  de  l’histoire. Rappeler  et  se  rappeler  cette  sinistre  période   est  nécessaire,   car  le  meilleur  jugement    entre  les  différents  régimes  politiques   est  la  comparaison  entre  le  passé  récent  et  le  présent, et   comme  le  disait  Cicéron : « Si  tu  ne  sais  pas  d’où  tu  viens, tu  seras  toujours  un  enfant ». Et  cette  comparaison  démontre  éloquemment   que  la  Mauritanie  est  rentrée  pleinement   dans  l’âge  de  la  maturité,   qu’une  nouvelle  page  de  notre  histoire  est  aujourd’hui  écrite  que  corrobore   l’édification  d’un  Etat  mauritanien, démocratique, social, égalitaire, stable  dans  une  région  sujette  à  toutes  les  formes  d’extrémisme.  Ne  ce sont pas  là  les  raisons  objectives  de  l’engagement  sans  faille  du  peuple  mauritanien  pour  la  réussite  du  référendum  du  15  Juillet  comme  le  confirment  amplement  les  accueils  populaires  réservés  au  Premier Ministre par  les  habitants  des  deux  Hodhs  et  l’Assaba ? 

Des   habitants  de  trois  grandes  régions ,  qui  étaient  avant  l’avènement  du  président  Aziz,   des  citoyens  avec  seulement  des  obligations, sont  devenus  aujourd’hui  des  citoyens  à  part  entière ;  des  citoyens   pour  qui, la  notion  de  patrie  était  une  vague  abstraction,  se  glorifient   aujourd’hui  des  succès  qu’elle  enregistre  et  s’y  reconnaissent  directement  comme   pour  leurs  siens  propres ;  en  un  mot,  des  régions  sorties  de  l’ombre  et  de  la  marginalisation  au  développement  et  à  la  participation  effective  à  l’effort  national.   Des  habitants  qui  font  la  différence, à  l’instar  de  tout  le  peuple  mauritanien,   entre  un  fruit  cultivé  et  le  sauvageon,  entre  le  bon  grain  et  l’ivraie,  entre  une  politique  qui  ennoblit  et  porte   au  pinacle  son  auteur,  le  président  Mohamed Ould Abdel Aziz;  et  une  autre politique  erratique  et  puérile, celle  de  l’opposition  extrémiste,  qu’ils  récusent  de  fond  en  comble,  parce  que   ne  s’embarrassant   guère  de  scrupules  pour  mener  à  bien  ses  objectifs  peu  louables,  jusqu’à  tomber  dans  les   bas-fonds  de  la  vilenie  politique. Toujours  mortelle  politiquement !

                           Docteur   AbdallahiOuld   Nem