Pour vos annonces, veuillez contacter le +223 60 16 16 74.

Louis Michel, Georges Henry Beautier et William bourdon : les avocats du diable au service de la fondation Bouamatou !

Par kibaru

Au  registre  de  ses  curées  médiatiques  orchestrées  contre  la  Mauritanie,  la   fondation  «   l’égalité  des  chances  en  Afrique », organisation  de  droit  belge, créée  par  l’entrepreneur  mauritanien Bouamatou,  repenti  depuis  son  exil  volontaire  doré  en  « philanthrope »  de  la  vingt-cinquième  heure, vient  d’organiser  en  Belgique  une  conférence  de  presse, en  collaboration  avec  l’IRA ,  sous  le  thème   : « Esclavage  et  torture  en  Mauritanie ».

Les  acteurs  de  cette  nouvelle  mise  en  scène   médiatique  se  réduisent  àun     trio bien  connu  de  pseudo- intellectuels  européens  en  mal  d’angélisme  et  de  notoriété  académique,  au  service  d’une  « cause  rémunérée » par la  fondation  de  Bouamatou .

Monsieur  LouisMichel  d’abord,  connu  pour  sa  vulgarité  ,   son  impulsivité  caractérielle,  son  ignorance  crasse et  ses  amitiés  douteuses  en  Afrique, et  dont  la  plus  illustre  est  sa  relation complice  avec   le  tristement  célèbre  JosephKabila,   qui  lui  vaut  d’ailleurs   le  surnom  de  Kabilou ;  et   pour  cette  raison,  il  est  violemment  critiquépar  l’opposition  progressiste  congolaise  installée  en  Belgique. Et  voilà  que  pour  alléger  sa  conscience  très  chargée,  pour  se  dédouaner  de  ses   élans  néo-  coloniaux  et  pour  redorer  son  image  de  marque  peu  reluisante  en  Belgique, il  se  fait   aujourd’hui  l’avocat  du  diable   d’une  cause qu’il  ignore   superbement.

Messieurs  GeorgesHenriBeautier  et  WilliamBourdon, deux  avocats  recrutés  et  payés  pour  être  membres  du  conseil  d’administration  de  la  fondation  Bouamatou.  Ils  sont  l’image  vivante    de  ces  intellectuels  européens  qui, à  défaut  de  s’imposer  chez  eux, ont  décidé  d’épouser, non  par   conviction  mais  par  intérêt  matériel  égoïste,  les  causes   jugées  porteuses. C’est  pourquoi ,   ils  ont  organisé  cette  rencontre  en  présence  de  BirameOuldAbeid.

Mais  ils  oublient  que  Birame n’est  qu’ unpoliticailleuraigri  qui  instrumentalise  les  séquelles  de  l’esclavage  en  Mauritanie  par  le  biais   d’une  cacophonie  sarabande  dénuée  de  tout  fondement, enregistrée  sur   un  disque  rayé  en  vinyle. Son  masque  est  tombé  avec  les  témoignages  massues  de  ses  plus  proches : le   vice-président  de  l’IRA, les  hauts  cadres  dirigeants, certains  représentants   de  l’organisation  à  l’extérieur,  les  militants. Des  témoignages  portant  sur  les  relations  compromettantes  de  Birame  avec  des  milieux  extérieurs  hostiles  visant  la   déstabilisation  et  la  partition  de    la  Mauritanie, sur  le  financement  occulte  de  l’IRA  par  ces  milieux, sur  la  gestion  anti-démocratique  de  l’organisation  et  sur  le  détournement  de  son agenda politique et  des  fonds  collectés   pour  des  intérêts  personnels. Dans  ce  contexte, Birame  est  devenu  un  homme  seul ,   marginalisé   à  l’intérieur,   et  il  ne  lui  reste  plus  que  des  réunions   sporadiques  à  l’extérieur  avec  l’appui  politique, matériel  et  médiatique  de  certaines   organisations  peu  représentatives  et  peu  crédibles  comme    la  fondation de   Bouamatou.

Mais  tous  ces  milieux  hostiles  à  la  Mauritanie  oublient   sciemment  que  les séquelles  de  l’esclavage  ne  peuvent  être  combattues  par  des  grouillements  mal  propres , en  entonnant  le  vieux  refrain  des  rancunes. Ni  par  le  ressentiment. Ni  par   leur   instrumentalisation  par  l’intermédiaire  d’organisations  et  de  certains  pseudo-intellectuels connus  ,  qui  ne  sont  pas   dans  ce  domaine   précis   des  donneurs  d’exemples,  loin  s’en  faut. La  seule  voie  de  leur  extirpation  radicale  est  l’édification  bien  entamée  aujourd’hui   d’un  Etat  démocratique, social  et  développé , que  seule  l’opinion  publique  mauritanienne,  ce  tribunal  permanent, permet  d’en  juger   à  travers  les  résultats  tangibles  enregistrés  dans  ce  domaine.  Inutile  d’aller  chercher  d’autres  juges  à  Bruxelles  ou  ailleurs.

 

Docteur   AbdallahiOuld   Nem