Promotion de la Santé et Droits Sexuels et Reproductifs (SDSR) en milieu scolaire : La 2e session de formation des acteurs lancée

Par kibaru

L’hôtel Colombus de Bamako sert de cadre depuis ce lundi 17 mai à la tenue des travaux de la deuxième session de formation des acteurs évoluant de la Promotion de la Santé et Droits Sexuels et Reproductifs (SDSR) en milieu scolaire. Lesquels sont issus de pays bénéficiaires du programme « Orange Knowledge Programme » (OKP) financé par le gouvernement du Royaume des Pays-Bas. Lesquels sont le Burkina Faso, Niger, Mali, et Nord-Bénin. A noter que cette session est organisée par le Réseau Africain des Adolescents et des Jeunes sur la Population, la Santé de la Reproduction, le Développement, le Dividende Démographique et les ODD (AfriYAN-Mali).

Il convient de préciser que l'objectif principal de ce programme est de contribuer au développement durable et inclusif à travers le renforcement d’organisations clés pour le développement sectoriel dans les pays bénéficiaires à savoir ceux du Sahel ainsi que du Bénin. La mise en œuvre de ce projet est assurée par l’Association d’Appui et d’Eveil Pugsada (ADEP) au Burkina Faso; l’ONG SonGES-Niger au Niger ; AfriYAN-Mali au Mali ; et l’Université de Parakou (UP) au Nord-Bénin. Lesquels sont appuyés par le Consortium et le Cabinet International de Recherche et d’Expertise en Santé de Reproduction (CIRE).

Dans son mot de bienvenue, le coordinateur du réseau AfriYAN-Mali, Hafizou Boncana a insisté sur le fait que cette formation vise à renforcer les capacités et compétences des super-formateurs afin de les doter de connaissances et compétences nécessaires pour la formation des formateurs et prestataires de santé sur l’offre et les services de santé adaptés aux besoins des adolescents et des jeunes. Il a tenu à rappeler que ce second atelier de formation fait suite au premier qui s’est tenu les 19-25 avril 2021 à Ouagadougou immédiatement après le lancement officiel du projet. Il a saisi l’occasion pour saluer tous les autres partenaires qui se sont impliqués dans l’organisation de cette activité.

De son côté, la coordinatrice de l'Association d'Appui et d'Éveil Pugsada (ADEP) au Burkina Faso a précisé que ce programme vise l’atteinte du développement durable et inclusif. Elle a tenu à remercier les organisateurs pour la mobilisation.

Pour sa part, la représentante de l’UNFPA, Albatrou Touré, a mis l’accent sur le fait que dans les pays sahéliens et au Bénin, les adolescent(e)s et jeunes constituent la frange la plus importante de la population. A ses yeux, celle-ci, scolarisée ou non, se trouve confrontée à d’importants problèmes de santé sexuelle et de la reproduction. Selon elle, plus de 67% des chômeurs dans ces pays sont des jeunes. Augmentant ainsi davantage leur vulnérabilité par rapport aux questions de santé de la reproduction. D’où son appel à faire davantage profiter les jeunes du concept « dividende démographique » susceptible de contribuer efficacement à accélérer la croissance économique et mener vers le développement durable. A l’en croire, « les jeunes constituent le moteur de cette croissance économique à condition que les institutions soient renforcées, et qu’il soit mis en place des reformes et programmes nécessaires pour encourager des familles moins nombreuses, en bonne santé, renforcer le capital humain et créer des opportunités pour leur employabilité ». Avant de réitérer le soutien et l’accompagnement de l’UNFPA au profit d’AFRIYAN/Mali pour l’atteinte de ses objectifs dans ce sens.

Donnant le coup d’envoi de la rencontre, le Coordinateur National du « Projet Jeunes », Siddiham OuldBaydari qui représentait également le département de tutelle à savoir la jeunesse et les sports, a souligné qu’une formation de qualité s’imposait pour la jeunesse qui fait face à de nombreux défis contemporains. Pour lui, il urgeait de rehausser la qualité des formations à l’endroit des jeunes. Il n’a pas manqué de rappeler le rôle ô combien déterminant d’AfriYAN-Mali qui est un partenaire de choix du ministère de la Jeunesse et des Sports.  

Censée durer 5 jours, la présente séance poursuivra le processus de renforcement des capacités des super formateurs. Elle se focalisera sur la thématique « Services de santé adaptés aux besoins des adolescents et des Jeunes » qui est un des domaines spécifiques participant à la promotion effective de la SDSR et en particulier la SSRAJ.

Les acquis de cette 2ème séance de formation seront cruciaux pour la réussite du projet. Afin de maximiser les retombées de cette 2ème activité, toutes les quatre (04) organisations bénéficiaires du projet seront représentées. Il s’agit d’AfriYAN Mali, de l’Association d’Appui et d’Eveil Pugsada (ADEP) au Burkina Faso; de l’ONG SonGES Niger au Niger ; et de l’Université de Parakou (UP) au Nord-Bénin.