Visite du président IBK dans la 4ème région: Ségou bientôt dotée d’un échangeur, 2x2 voies de 7 km et 10 km de voirie urbaine

Par kibaru

La réalisation de ces différentes infrastructures permettra de créer 900 emplois pour la population de Ségou. Aussi le visage de Ségou va considérablement changer à travers des feux de signalisation, un échangeur.

C’est à partir de Barouéli que le Chef de l’Etat a entrepris lundi une tournée nationale dans les cercles de la région de Ségou. Cette première grande sortie dans la quatrième région administrative vise tout d’abord à partager les préoccupations des populations et lancer des projets de développement socioéconomique pour un décollage rapide du pays après plusieurs mois de crise.

L’étape de Baroueli se veut très significative pour cette localité creuset historique et foyer religieux qui compte d’éminents érudits et hommes d’histoire. Le président de la République dont la grand-mère serait originaire de cette contrée a saisi l’occasion pour prêcher la paix et la cohésion sociale. Il a exhorté la population à se serrer les coudes et à se donner la main pour la cause nationale. Il a indiqué que desormais 15% seront prélevés sur chaque budget de l’Etat pour la promotion de l’emploi afin de donner du travail à davantage de jeunes. S’agissant des doléances formulées par le maire de la ville sur l’extension du lycée de Barouéli, le bitumage de la route Barouéli-Tamani, la réalisation d’un marché moderne et l’électrification de la ville, Ibrahim Boubacar Kéïta a rassuré la population qu’il mettra tout en œuvre pour que ces préoccupations puissent se concrétiser.

Une visite de courtoisie chez les notables a clos cette étape.

Ségou : La mobilité de la circulation renforcée et une réduction sensible du chômage          

 Dans la capitale des Balanzans, il a été procédé aux travaux de lancement de plusieurs infrastructures.

Les 2x2 voies de la section Ségou-San d’une distance de 7km, va coûter 11 milliards FCFA. En effet, dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’actions prioritaires en matière d’infrastructures routières, le gouvernement à travers le ministère de l’équipement a mis en place une stratégie de désenclavement intérieur et extérieur en vue de la relance du secteur des transports routiers. Un programme d’investissement dans le secteur des transports a été élaboré à cet effet conformément à l’axe stratégique 1 du cadre stratégique pour la réduction de la pauvreté sur la période sur la période 2012-2017. Pour la réalisation d’une partie de ce programme, le gouvernement a obtenu un prêt auprès de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) pour financer le coût de l’aménagement des 2x2 voies sur 7 km.

Le chef de l’Etat a en plus de la voie urbaine posé les premières pierres de l’échangeur de Ségou au niveau du carrefour de Markala, une première dans une capitale régionale. Le coût de réalisation des travaux est de 8 milliards FCFA. Ces deux projets vont assurer l’écoulement du trafic sur la section urbaine de la route Ségou-San dans de très bonnes conditions de fluidité et de sécurité, atténuer la congestion du trafic au niveau de la sortie Est de la ville de Ségou, faciliter l’évacuation des eaux pluviales et enfin améliorer le cadre de vie des populations riveraines et le confort des usagers.

Le ministre de l’Equipement et des transports Mahamadou Hachim Koumaré qui s’est félicité du lancement de ces deux projets a déclaré qu’ils vont contribuer à  la lutte contre le chômage à travers la création de 500 emplois.

Le président de la République s’est dit engagé pour l’urbanisation de la cité des Balanzans. Le développement urbain est à l’image du pays, a-t-il précisé avant de faire constater qu’il y a longtemps que Ségou baigne dans le passé colonial. Ibrahim Boubacar Kéïta a insisté qu’il est temps que la ville de Ségou s’adapte à son rythme d’évolution.

36 milliards FCFA pour la réalisation de 7 unités industrielles

L’autre temps fort de la visite présidentielle est le lancement des travaux d’extension de l’usine GDCM de l’opérateur économique Modibo Kéïta. Ce projet qui consiste à vulgariser les produits locaux permettront la réalisation de sept unités industrielles pour la transformation de divers céréales dont le mil, le maïs, la farine,etc. Ces usines qui sortiront de terre dans 18 mois  vont générer 400 emplois, une aubaine pour la jeunesse de Ségou qui subit comme beaucoup de villes maliennes le chômage de plein fouet.