Bla (Ségou) : Un gendarme tué et un civil blessé suite à l’attaque d’un poste à péage

Mort de Cheick Ag Aoussa : Des cadres de la CMA dénoncent un « assassinat ciblé »

Par kibaru

24 heures après les faits, c’est toujours le mystère qui entoure la mort de Cheick Ag Aoussa, N°2 et chef militaire du HCUA. Le véhicule qu’il conduisait à bord duquel se trouvait l’un de ses proches est parti en fumée. Bien que pour certains cela soit les effets d’une mine posée à l’entrée du camp, comme il arrive très souvent, d’autres – ses proches – croient à un « assassinat ciblé » et mettent en cause les forces internationales. Pour eux, Cheick Ag Aoussa a été victime d’une bombe de type industrielle placée sous le véhicule. D’où leur demande d’une enquête indépendante pour déterminer les circonstances réelles de sa mort.

Répondant aux accusations des proches du défunt, la Minusma répond qu'il faut « garder son calme et ne pas spéculer ». Sa porte-parole Radia Achouri déplore l'incident et affirme que la mission onusienne a instauré des mesures de sécurité renforcées à Kidal. Elle rappelle que des engins piégés ont déjà été posés près de son camp dans le passé et qu'elle ne peut être mêlée à un attentat.
La Minusma demande aux autorités maliennes d'enquêter et traduire les responsables en justice.

Pour rappel, Acheick Ag Awssa s’était rendu, hier samedi 8 octobre, au camp de la Minusma à Kidal, pour une réunion de sécurité avec les forces onusiennes et Barkhane. D'autres leaders étaient présents comme Hassane Fagaga, Ibrahim Ould Handa, Rhissa Ag Bissada et Acheick Ag Awissa. Une fois la réunion terminée, ils sont sortis et ont prié tout près du camp de la Minusma. Le convoi est ensuite reparti. Cheikh Ag Aoussa est resté en arrière, fermant la marche. Au bout de quelques centaines de mètres, son véhicule a explosé. Il était environ 19h. Sa voiture, totalement détruite, est restée en feu jusqu'à au moins 22h.

Selon une bonne source sur place, sa dépouille a été inhumée durant la nuit. D'après des témoins, depuis ce matin, il y a beaucoup de gens qui viennent voir le site de l'explosion et qui vont présenter leurs condoléances à la famille. Pour l’heure, c’est surtout un sentiment de colère et d’incompréhension qui règne auprès de ses partisans.