Niger: huit personnes dont six touristes français tuées dimanche par des hommes armés

Tombouctou : AQMI revendique l’attaque d’hier dont le bilan s’est s’alourdit à 5 morts et 4 blessés

Par kibaru
Camion de l'armée détruit lors de l'attaque

Al-Qaïda au Magrhreb islamique a revendiqué l’attaque qui s’est produite hier mercredi 8 février contre un convoi de l’armée malienne à l’entrée de Tombouctou. Selon nos informations, le bilan des pertes en vie humaine s’est alourdi passant à cinq militaires tués et quatre blessés dont certains grièvement.

Le constat a été fait par une équipe composée de militaires maliens, des soldats français de l’Opération Barkhane, des casques bleus de la MINUSMA et de quelques éléments de mouvements signataires notamment ceux du Mouvement populaire pour le salut de l’Azawad (MPSA).

Rappelons que la mine a explosé au passage d’un camion de l’armée malienne qui faisait partie d’une escorte. Selon cette organisation terroriste, ce véhicule était doté d’un matériel militaire lourd, raison pour laquelle il a été visé.

Ce qui a étonné plus d’un observateur c’est le fait que la détonation ait eu lieu au beau milieu de la route sur l’axe Goundam-Tombouctou. Alors qu’auparavant, ces engins explosifs étaient déposés dans des zones difficiles d’accès où l’armée menait des patrouilles. Chose qui montre que la menace terroriste a clairement évolué. Par ailleurs, AQMI a récemment diffusé un enregistrement sonore dans lequel il dissuade les populations de s’approcher de l’armée malienne et de ses alliés (les forces internationales) au risque d’être prises pour cible.  

En tout cas, cette situation prouve l’urgence d’accélérer la mise en œuvre des dispositions de l’accord pour la paix et la réconciliation notamment dans ces volets sécuritaires relatifs à l’opérationnalisation des patrouilles mixtes.